09Nov

L’Audit des Réseaux Sociaux

L’Audit des Réseaux Sociaux

Pour de nombreuses entreprises en croissance, les médias sociaux sont aujourd’hui un travail indispensable. Souvent, les entreprises sont bien conscientes de l’importance des médias sociaux pour promouvoir leur contenu et attirer de nouveaux visiteurs, mais leurs efforts ne reposent pas toujours sur des stratégies fiables.

Comment savoir si vos efforts sur les réseaux sociaux fonctionnent ?

Il est nécessaire de savoir si :

  • Votre audience est réactive.
  • Vous publiez un contenu adapté.
  • Vos investissements sont judicieux.
  • Vos campagnes sur les réseaux sociaux génèrent un retour sur investissement.

Cet examen consiste à analyser les données de tous vos comptes de médias sociaux, ainsi que les conversations sur votre marque et vos concurrents.

La réalisation de cet audit vous permettra de :

  • Développer ou modifier votre stratégie de réseau social pour l’aligner sur des objectifs commerciaux spécifiques.
  • Découvrez les tendances qui peuvent être utilisées pour créer ou éditer des campagnes sur les réseaux sociaux.
  • Recueillez des informations précieuses sur les sentiments des clients et votre image de marque.
  • Laissez les dirigeants et votre équipe avoir une compréhension approfondie de vos forces et faiblesses afin que vous puissiez mieux gérer et justifier vos dépenses sur les médias sociaux.

Grâce à l’audit, vous pouvez surveiller l’évolution de l’engagement du public et des performances du contenu, ainsi que vos forces et vos faiblesses. C’est un moyen pour vous d’analyser toutes les activités des médias sociaux.

Réaliser l’audit de vos réseaux sociaux :

Les données :

Vous examinerez de nombreuses données dans le cadre de l’audit. Il existe plusieurs façons d’enregistrer toutes ces informations, mais de nombreux gestionnaires de médias sociaux recommandent d’utiliser une feuille de calcul avec plusieurs onglets. Vous pouvez utiliser un outil d’analyse tel que Netbase, Sysomos, Brandwatch, ou tout autre outil permettant de collecter vos données. Vous pouvez également extraire et agréger manuellement les données des métriques pour chaque canal. Certains de ces pointeurs sont faciles à obtenir, en particulier avec :

La procédure d’audit peut sembler ennuyeuse, mais la valeur qu’elle apportera peut vous aider à :

  • Établir de nouvelles normes et de nouveaux indicateurs de performance.
  • Déterminez la meilleure combinaison de contenu, les canaux les plus pertinents et le meilleur moment pour publier du contenu.
  • Identifier les opportunités pour mieux interagir avec les clients.
  • Ajuster les budgets et calculer le retour sur investissement.
  • Déterminez comment modifier vos ressources pour améliorer vos efforts sur les médias sociaux.
03Nov

Qu’est-ce que le Metaverse ?

Qu’est-ce que le Metaverse ?

Qu’est-ce que le Metaverse ?

C’est un concept moderne, que Facebook a poussé, qui en a fait sa nouvelle mission et même son identité. L’entreprise le définit comme un ensemble d’espaces virtuels interconnectés dans lesquels les utilisateurs peuvent partager des expériences immersives en 3D en temps réel. Elle le considère comme le « prochain Internet ».

C’est le mot à la mode du moment : « métaverse » ou « métavers » en bon français. Facebook contribue fortement à la résurgence du terme, non seulement en recadrant sa mission autour du concept, mais aussi en changeant son nom pour refléter cet objectif, devenant Meta.

Cette annonce n’est pas surprenante : Meta investit dans le domaine de la réalité virtuelle et augmentée depuis 7 ans. L’entreprise emploie plus de 10 000 personnes sur ces sujets et dépensera plus de 10 milliards de dollars rien qu’en 2021.

Il prévoit d’embaucher 10 000 personnes supplémentaires en Europe pour y travailler et a construit un solide écosystème de développeurs. Mark Zuckerberg a depuis longtemps jalonné son avenir sur cette vision. En revanche, c’est la décision d’adopter et d’introduire ce terme spécifique, dont la notion n’est pas bien définie, qui peut soulever des questions.

UN CONCEPT INSPIRÉ PAR LES JEUX VIDÉO :

L’idée d’un monde virtuel permanent et multi-utilisateurs n’est clairement pas différente des MMORPG, et c’est la comparaison vers laquelle tout le monde se tourne alors. Plusieurs journalistes et observateurs ont mentionné Second Life, une application lancée en 2003 qui offrait un monde virtuel dans lequel n’importe qui pouvait construire de l’espace, créer des choses, personnaliser son avatar, et même acheter et vendre des services.

La vision de Meta s’inspire également des jeux vidéo, en l’occurrence de Fortnite (développé par Epic Games), Minecraft (Mojang), Roblox (Roblox Games) ou VRChat (VRChat Inc). Ces titres, très appréciés des moins de 20 ans, permettent une expérience en ligne multijoueur dans laquelle le gameplay est souvent optionnel. Ils sont en quelque sorte les héritiers des MMORPG de l’année dernière en l’utilisant comme un « salon de discussion avec une interface graphique ». Et Epic et Roblox disent très clairement qu’ils veulent créer ce célèbre métavers.

Au final, l’idée d’un « métavers » n’est qu’une utilisation possible parmi d’autres de ces technologies, terme même qui sera relégué dans quelques années au même trésor de « l’autoroute de l’information », terme qui a été utilisé pour désigner Internet. Mais malgré tout, tout ce que vous véhiculez n’est pas sans intérêt. Les efforts de Meta dans ce domaine doivent être étroitement surveillés, en partie pour s’assurer que ce que l’entreprise développe est conforme aux principes éthiques qu’elle souhaite promouvoir.

 

27Oct

Le Digital au Service du Développement Économique du Maroc

Le Digital au Service du Développement Économique du Maroc

Pour la première édition tenue le mercredi 29 septembre, PortNet (Guichet Unique National des Procédures du Commerce Extérieur) a organisé en collaboration avec l’Agence nationale des ports (ANP) et en étroite collaboration avec l’Agence de développement du digital (ADD) dans le cadre du cycle de conférences « Les Rencontres du digital », un évènement sous le thème « L’innovation digitale au service de la compétitivité et du développement économique du Maroc ». Il a vu la participation des personnalités dans le domaine des infrastructures, des solutions numériques et du développement Digital, ainsi que de hauts fonctionnaires des administrations publiques et fiscales.

Mme Nadia Laaraki, PDG de l’Agence Nationale des Ports, a expliqué dans son intervention que le choix de ce sujet est le résultat naturel de deux facteurs principaux à savoir : « Les particularités du secteur portuaire au Maroc, qui assure le traitement de la quasi-totalité du commerce extérieur et les effets de la crise sanitaire qui ont profondément bouleversé notre quotidien sont abordés. Cette nouvelle crise nous a demandé à tous une grande agilité.  »

Pour sa part, M. Ahmed Laâmoumri, SG du Département de la Réforme de l’Administration, Ministère de l’Economie des Finances et de la Réforme de l’Administration, a porté dans son intervention sur l’importance de la cohérence des systèmes d’information pour un partage optimal des données : ‘‘ Chose qui reste compliquée pour différentes raisons, ce qui impose un changement profond des cultures de l’élite managériales et décisionnelle’’

Et de poursuivre dans le même sens qu’il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de s’éloigner les pratiques classiques et de remplacer les méthodes de gestion. « Malgré les avancées réalisées, nous avons encore besoin d’une mobilisation générale pour pouvoir répondre aux attentes des citoyens et des entreprises », a fait savoir M. Laamouri mettant en avant l’importance de travail en commun et créer une interconnexion entre les différentes administrations. Pour lui, il faut dépasser la simple notion d’échange de documents et passer aux échanges d’informations et de données puisque les règlements le permettent.

Pour Drissi Melyani, PDG d’ADD, l’innovation reste la clé de la réussite de tout changement. : « Aujourd’hui, si l’on essaie d’analyser ce nouveau modèle de développement, on s’apercevra qu’il est principalement centré sur le thème de l’innovation qui inclut les technologies immersives et les ressources humaines. Nous n’avons pas le choix, nous devons former nos ressources humaines. Nous devons préparer ce que nous appelons la génération numérique à cette transformation. Et nous devons également préparer l’environnement en termes de réglementation, d’infrastructure et de conduite du changement.

« La technologie artificielle, les robots, l’Internet et les technologies immersives apporteront de profonds changements à l’économie mondiale ». Par exemple, des études prédisent que 70% des entreprises dans le monde adopteront l’IA d’ici 2030. Il faut donc lancer une réflexion sur le sujet et élaborer un plan d’action pour assurer l’engagement de l’écosystème marocain, a-t-il déclaré, notant également que « l’intelligence artificielle pourrait conduire à une croissance de 1,2 % du PIB mondial, soit une augmentation de 15 000 milliards de dollars d’ici 2030 ».

Parallèlement et en marge de cette première édition, PortNet et ADD ont signé un accord de partenariat pour améliorer le climat des affaires, et renforcer la compétitivité des écosystèmes. « Ports, Logistique et Commerce Extérieur » en accélérant la transformation digitale.

 

25Oct

Qu’est-ce que le Bitcoin, la reine des Cryptomonnaies ?

Qu’est-ce que le Bitcoin, la reine des Cryptomonnaies ?

Bitcoin est la première crypto-monnaie décentralisée, qui vient de franchir dernièrement 66000 $, établissant un record. Près de 13 ans après sa fondation, ce qui la rend si spéciale et suscite l’appétit des investisseurs.

Qu’est-ce que le Bitcoin, la reine des Cryptomonnaies ?

Le Bitcoin est créé directement après la crise financière de 2008. Il prônait initialement des idées libérales et était déterminé à renverser les monnaies traditionnelles et les institutions financières.

Le livre blanc été publié sur Internet le 31 octobre 2008. Son auteur : Satoshi Nakamoto, pseudonyme. L’identité de la personne ou du groupe derrière demeure encore inconnue.

Dans ce document de huit pages, Satoshi Nakamoto a exposé son objectif de crypto-monnaie : « Pas besoin de passer par une institution financière, directement d’un tiers à un autre pour effectuer des paiements en ligne. »

Le premier bloc a été créé le 3 janvier 2009 : 50 Bitcoins ont été générés.

De nombreuses autres crypto-monnaies ont été lancées (Ethereum, Tether, Polcadot, Cardano, Ripple…). Selon le site CoinMarketCap, il y en aurait plus de 12 000 aujourd’hui. Mais Bitcoin représente à lui seul près de 50% du marché, dépassant les 2,5 milliards de dollars.

Comment en obtenir ?

Il est désormais possible d’utiliser des devises traditionnelles ou d’autres crypto-monnaies pour acheter des bitcoins sur des plateformes d’échange. Ensuite, Les fonds sont détenus sur un portefeuille virtuel protégé.

Après avoir créé un compte sur Etoro, vous disposerez d’une passerelle sécurisée pour investir dans diverses crypto-monnaies, un total de 14 types, Ensuite, vous pouvez configurer votre carte de crédit, votre compte bancaire et votre compte Paypal, ce dernier vous permettra de récupérer rapidement vos fonds. Si vous souhaitez revendre du Bitcoin après avoir réalisé un gain

Afin d’éviter les attaques de pirates, certains utilisateurs choisissent de déposer des fonds dans des portefeuilles hors ligne.

Que peut-on acheter avec ?

Au début, Bitcoin était principalement utilisé pour acheter des produits illégaux sur le « dark web » (le côté obscur d’Internet dont le contenu n’était pas indexé par les moteurs de recherche traditionnels).

Au fil du temps, alors que sa réputation continuait de croître, certains restaurants et magasins ont commencé à accepter le Bitcoin, le plus souvent dans les grandes villes.

Le récent boom du Bitcoin a été déclenché par l’annonce de Paypal en octobre qui est le géant du paiement en ligne offre désormais à ses utilisateurs américains la possibilité d’acheter, de vendre ou d’utiliser du Bitcoin comme devise.

En Afrique ou en Amérique latine, dans des pays où l’inflation sévit et la dévaluation des monnaies locales, les cryptomonnaies ont également suscité l’intérêt des jeunes. El Salvador a même adopté la crypto-monnaie comme monnaie officielle, ainsi que le dollar américain. Mais pour l’instant, les investisseurs individuels et institutionnels sont particulièrement intéressés par la crypto-monnaie numéro un.

22Oct

Le Maroc lance sa Marque Économique « Morocco NOW »

Le Maroc lance sa Marque Économique « Morocco NOW »

Le Royaume lance une marque d’investissement et d’exportation baptisée « Morocco NOW« . Utilisant des atouts pour développer sa compétitivité, notamment dans l’industrie automobile où l’objectif du Maroc est de devenir un leader mondial.

A Dubaï, le Maroc a lancé dimanche 10 octobre sa marque « Morocco NOW« , démontrant ses ambitions dans le domaine de l’investissement et de l’export.

L’annonce a eu lieu au Pavillon du Maroc à l’Expo 2020. Cet événement mondial a attiré plus de 200 participants (pays, organisations multilatérales, entreprises, etc.). Une Tribune globale pour le Royaume entend s’imposer comme « une plateforme industrielle et exportatrice de premier plan pour accélérer les investissements étrangers ».

Le but de « Morocco NOW » est de proposer aux investisseurs une nouvelle plateforme d’investissement « décarbonée et compétitive », affirme Youssef El Bari, Directeur général de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE).

Ce n’est pas un label, c’est une identité qui indique la position du Maroc dans l’investissement et le Business en général », a ajouté l’intervenant. Une identité conçue pour être offensive et sans entrave. En attestent certains défis affichés : « Dans l’industrie automobile, nous espérons être les premiers en termes de compétitivité mondiale. On y travaille », a annoncé M. El Bari.

« C’est un secteur de plus en plus important et très fort au Maroc. Aujourd’hui, notre valeur d’exportation est d’environ 10 milliards de dollars américains et peut installer 500 000 voitures. Nous fabriquons des voitures électriques et thermiques avec un niveau d’intégration de 60%. »

Le Maroc espère améliorer la compétitivité de « l’énergie verte » grâce au surf et à d’autres moyens. Selon El Bari, l’objectif est de doubler les exportations 5 ans d’ici.

Le Maroc lance sa Marque Économique « Morocco NOW » qui met en avant 4 atouts: 
  • NOW durable: grâce à des investissements prospectifs, les énergies renouvelables représentent 37% de l’énergie total en 2020, avec un objectif de 52% à horizon 2030 et une capacité installée en 2021 sera 4GW
  • NOW compétitif, Bénéficiez du devis « meilleur coût » proposé à des coûts de production et d’exportation compétitifs, ainsi que du privilège de toucher plus d’1 milliard de consommateurs à travers 54 accords de libre-échange, et de constituer une passerelle directe pour intégrer le potentiel de croissance rapide de l’Afrique.
  • NOW gage de succès, se concentre sur l’amélioration des compétences des jeunes grâce à une expérience réussie dans la mise en œuvre d’investissements étrangers, des domaines stratégiques et technologiques de l’industrie mondiale et la réalisation de projets d’infrastructure à grande échelle.
  • NOW agile : possède une adaptabilité extraordinaire inscrite dans l’ADN marocain. Il gère la crise COVID en redistribuant rapidement les outils industriels, les équipements sanitaires et même le déploiement efficace des vaccinations, ouvrant ainsi la voie à une reprise rapide.

 

21Oct

Casablanca Finance City

Aujourd’hui Casablanca Finance City (CFC) se classe parmi les plus grands centres financiers internationaux, Une ambition qui a été portée par de nombreux accords, alliances et réformes, prouvant et qui a pu attirer pas moins de 200 entreprises ayant aujourd’hui le statut CFC. La Tour CFC peut accueillir 34 locataires et 800 salariés.

Tout cela a officiellement commencé en 2010, et la Directive Royale vise à positionner Casablanca comme une place financière régionale et internationale.

L’initiative a rapidement été soutenue par l’ensemble des acteurs financiers de la place (groupes bancaires, autorités financières…), constituant ainsi le premier tour de table de l’entité en charge du pilotage de Casablanca Finance City (CFC).

« L’idée d’une place financière régionale a émergé en 2004, quand les grands groupes bancaires marocains (BMCE, BCP et AWB) commençaient à s’installer en Afrique subsaharienne », précise Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib. Pour lui, les équipes de CFC dirigées par Saïd Ibrahimi semblent avoir brillamment relevé ce défi d’envergure. Il faut dire que CFC, fondée il y a dix ans, est devenue aujourd’hui la première communauté d’affaires à vocation africaine et une place financière reconnue dans le monde. 

Casablanca Finance City en chiffres :

Voici quelques chiffres et réalisations de la Place Financière (CFC) qui ont élevé le royaume au rang de véritable place économique et financière entre l’Afrique et le monde :

  • 1er Centre Financier en Afrique, selon le « Global Financial Centres Index » (GFCI) 2021 qui est l’indice des centres financiers mondiaux.
  • Plus de 200 entreprises membres et disposant du « statut CFC ». Cette communauté regroupe : 39% d’entreprises marocaines opérant à l’international, 41% d’entreprises européennes, 9% d’entreprises asiatiques et 9% d’entreprises américaines.
  • 50 pays africains sont couverts par les entreprises CFC.
  • 1er centre financier vert en Afrique et au Moyen-orient, d’après le « Global Green Finance Index » (GGFI) 2020 qui est l’indice global de la finance verte.
  • 15 partenariats avec les plus grands centres financiers internationaux (Londres, Bruxelles, Luxembourg, Paris, Barcelone, Francfort, Astana, Abu Dhabi, Beijing, Shanghai, Busan, Hong Kong, Singapour, Montréal et Toronto).
  • 20 partenariats Sud-Sud (Mali, Sénégal, Niger, Guinée-Conakry, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Ghana, Togo, Bénin, Nigeria, Cameroun, Congo, Gabon, République démocratique du Congo, Rwanda, Tanzanie, Zambie, Afrique du Sud, Île Maurice et Madagascar).
  • Depuis 2016, la contribution fiscale des membres CFC est passée de 340 millions de dirhams (MDH) à 940 MDH.
  • Création de 6.690 emplois permanents par la communauté CFC.

 

 

15Oct

Loi de Finances 2022 : Les recommandations de la CGEM

Loi de Finances 2022 : Les recommandations de la CGEM

Face aux défis liés à la relance économique après la crise sanitaire et aux ambitions d’un nouveau modèle de développement, la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) a annoncé ses recommandations pour le projet de loi de finances 2022.

Ainsi, pour la nouvelle loi, la CGEM a émis certaines recommandations et notamment :

  • Maintenir la compétitivité des entreprises affectées par la concurrence mondiale en réduisant les charges fiscales et en revoyant les révisions fiscales
  • Importer des intrants et mettre en place une fiscalité verte pour promouvoir une transformation écologique responsable et réduire les coûts sociaux.

En ce sens, plusieurs mesures spécifiques ont été proposées, notamment le début de l’abaissement du taux de l’impôt sur les sociétés pour atteindre un niveau internationalement reconnu, l’abaissement du paiement minimum en vue de l’abolir d’ici à 5 ans et la réforme de la fiscalité. Compte tenu des nombreuses taxes et redevances, de la taxe sur la valeur ajoutée de 10 % sur les équipements solaires et de la mise en place de crédits d’impôt R&D ciblés,

Il s’agit aussi de la garantie de l’équilibre dans les trésoreries des entreprises tout en maintenant leurs capacités de financement et ce, en accélérant la réforme de la TVA, qui représente l’épine dorsale de l’équilibre financier des entreprises, ainsi que le renforcement des mécanismes de confiance entre le contribuable et l’administration pour démocratiser la participation à l’impôt dans la transparence exigée des deux parties, en encadrant le contrôle et les sanctions.

Par ailleurs, la CGEM propose de continuer à soutenir l’investissements du tissu productif et de renforcer les marchés publics en maintenant le budget alloué, en encourageant les préférences de l’État et une part importante des petites et moyennes entreprises.

13Oct

Adjudication d’achat de devises : BAM

Adjudication d’achat de devises : BAM

Afin d’absorber l’excédent actuel du marché des changes et d’assurer son fonctionnement normal, la Banque du Maghreb (BAM) a récemment annoncé qu’elle organiserait des enchères pour acheter des devises étrangères auprès des opérateurs du marché en cas de besoin.
En effet, lors des deux premières adjudications organisées lundi et mardi, la banque centrale a racheté 410 millions et 260 millions de dollars américains à ces opérateurs en échange de dirhams aux prix de 8,9939 et 8,9834 dollars américains, respectivement. Selon le site Internet de la Banque Al-Maghrib. Alors qu’est-ce qui constitue ce mécanisme et quel est son but ?

« Avant la mise en œuvre des réformes du marché des changes de 2018, l’intervention de la Banque du Maghreb (BAM) sur le marché était presque automatique », a expliqué l’économiste et expert en politique de change Omar Bakkou.
M. Bakkou a déclaré à MAP que la banque centrale procéderait à des échanges de devises avec les banques chaque fois que la banque en aurait indiqué un besoin, et a souligné que depuis la mise en œuvre de la réforme, cela comprenait l’élargissement de la gamme des fluctuations monétaires, et BAM s’est assuré de quitter une marge importante pour le marché des échanges interbancaires. « Sous l’influence de l’excès de liquidité enregistré sur ce marché aujourd’hui et de la prédiction continue de BAM de cette situation (le risque de marché des changes est toujours excessif, ce qui signifie que la masse monétaire dépasse la demande), la banque centrale a donc décidé d’adopter cette technologie d’enchères. Intervenir », a-t-il déclaré.

« Ces adjudications seront organisées autant que nécessaire et ce, en fonction de l’évolution des conditions sur le marché de change », précise la Banque Centrale.

Objectifs :

Adjudication d’achat de devises : BAM

Selon les experts, ces interventions ont deux objectifs principaux :

Le premier est d’éviter la crise d’excès de liquidité sur le marché des changes, c’est-à-dire que « les banques vont devoir perdre de l’argent par manque d’acheteurs, de devises étrangères (le taux de change de l’euro est négatif et nul par rapport au dollar américain) « , et a souligné que ces pertes feront perdre de l’argent aux banques. Les revenus générés sur le marché se sont détériorés car lorsque les taux d’intérêt atteignaient une fourchette inférieure, leurs commissions devenaient nulles.

« On pourrait, également, considérer dans ce même sens que lesdites interventions permettent d’éviter une décision d’élargissement de la bande de fluctuation, qui se traduirait par une appréciation encore supplémentaire du dirham par rapport aux devises, laquelle serait dommageable pour les entités génératrices de devises, en l’occurrence les exportateurs. », a fait valoir M. Bakkou.

En outre, les experts ont souligné que cette décision améliorera la liquidité des dirhams des banques, ce qui leur permettra bien sûr d’améliorer leurs conditions financières et leurs capacités d’émission de crédit. rappelant, dans ce sens, que la situation financière des banques a été fortement endommagée par la crise du Covid-19 (les sources de financement libre des banques ont fortement diminué, c’est-à-dire les dépôts à vue après un grand nombre de retraits de la clientèle, une augmentation des dettes en souffrance, etc.).

De même, un responsable de la salle des marchés a déclaré que depuis la réforme du marché des changes, la banque centrale n’est pas intervenue sur ce marché. Il y a principalement deux raisons pour expliquer la décision de BAM. L’une est la poursuite de l’appréciation du dirham. La limite inférieure de la bande de fluctuation est atteinte.

La seconde raison, a-t-il poursuivi, est la position de change des banques (le solde positif ou négatif d’un établissement de crédit dans une devise) qui, selon les derniers chiffres publiés sur le site de BAM, a atteint, au 14 septembre courant, plus de 9,42 milliards de dirhams.

Cette position, qui avait déjà inscrit un plus haut annuel à plus de 10,3 MMDH, est attribuable d’après, la même source, « aux mouvements anormaux des devises en juin, juillet et août ».

« Cela est dû au retour des Marocains vivant à l’étranger, mais aussi parce que de moins en moins de Marocains quittent le pays (pandémie COVID 19 oblige). En conséquence, la consommation de devises étrangères a diminué », a-t-il déclaré.

27Sep

Différence entre les Publications Boostées et les Publicités Facebook

Différence entre les Publications Boostées et les Publicités Facebook

Toutes les entreprises doivent décider de leurs objectifs publicitaires uniques avant de commencer à faire de la publicité sur Facebook, car certains objectifs peuvent être atteints en boostant une publication, et d’autres en créant une publicité Facebook. Le guide suivant aborde les différences et les similitudes entre les publications boostées et les publicités Facebook, et explique à quel moment vous devez utiliser l’un ou l’autre.

Qu’est-ce qu’une publication boostée ?

Une publication boostée est une publication sur le journal de votre Page que vous pouvez distribuer à un public de votre choix moyennant une somme d’argent. c’est le moyen le plus simple de faire de la publicité sur Facebook. Contrairement aux publicités Facebook, les publications boostées ne sont pas créées dans le Gestionnaire de publicités et ne bénéficient donc pas des mêmes paramètres de personnalisation.

Lorsque vous boostez une publication, celle-ci s’affiche dans le fil d’actualité Facebook des membres de votre audience en tant que publicité. Vous pouvez également choisir Instagram en tant que placement publicitaire de votre publication boostée. Vous pouvez choisir une publication déjà présente dans le journal de votre Page et la booster en quelques étapes seulement. Lorsque vous boostez une publication, trois éléments sont importants :

  • Qui vous souhaitez toucher : choisissez une audience cible du type de personnes avec lesquelles vous souhaitez communiquer.
  • Votre budget maximal : dites-nous le montant exact que vous souhaitez dépenser pendant votre campagne.
  • Combien de temps vous souhaitez diffuser votre publicité : une fois que vous avez cliqué sur Booster et que votre publicité est approuvée, les membres de votre audience cible verront votre publicité dans leur fil d’actualité pendant la durée déterminée.

Remarque : les publications boostées restent des publicités, car elles nécessitent un budget pour pouvoir être partagées avec une audience plus large. Il s’agit de la principale similitude entre les publications boostées et les publicités Facebook. Nous identifions votre publication boostée en tant que publicité dans votre facture.

Que sont les publicités Facebook ?

Alors qu’une publication boostée est considérée comme une publicité, les publicités Facebook sont créées via le Gestionnaire de publicités et proposent des solutions de personnalisation plus avancées. Il existe de nombreux objectifs publicitaires qui peuvent vous aider à atteindre vos objectifs commerciaux et à toucher les audiences qui comptent pour vous.

Alors qu’une publication boostée peut générer des mentions J’aime la Page, des commentaires, des partages ou améliorer la notoriété de la marque de façon générale, les publicités Facebook peuvent entraîner des installations d’app, des conversions sur un site web, des vues de vidéos, des commandes et plus encore.

Que puis-je faire d’autre avec les publicités Facebook ?
  • Choisir différents placements publicitaires: lorsque vous boostez une publication, vous pouvez choisir si vous souhaitez ou non publier votre publicité sur Instagram en plus du fil d’actualité Facebook mobile et sur ordinateur. Avec les publicités Facebook, vous pouvez en plus choisir les placements dans la colonne de droite Facebook, dans Messenger, dans les Stories Instagram, dans les Instant Articles et sur Audience Network.
  • Opter pour des objectifs publicitaires précis: en choisissant un objectif publicitaire assez tôt, vous pourrez vous concentrer sur le type de campagne qui correspond le mieux à vos objectifs commerciaux actuels. Les publications boostées vous permettent de vous concentrer sur les clics vers un site web, l’interaction avec la Page et les promotions d’entreprises locales. Toutefois, le système complet du Gestionnaire de publicités vous permet de choisir des objectifs comme le trafic en point de vente, les conversions et la génération de prospects. Vous pouvez également créer et gérer des publicités à l’aide de l’application mobile Gestionnaire de publicités.
  • Contrôler le contenu: avec les publicités Facebook créées dans le Gestionnaire de publicités, vous pouvez concevoir une publicité qui correspond à vos objectifs. Créez des publicités carrousel, ajoutez des descriptions précises et ajoutez un bouton call-to-action qui incitera davantage de monde à agir. Ce n’est qu’un aperçu des options de contenu et de mise en forme du Gestionnaire de publicités que vous manquez lorsque vous vous contentez de booster une publication à partir de votre Page.
  • Utiliser des fonctions de ciblage avancées: en boostant des publications, vous choisissez les centres d’intérêt, l’âge et le sexe pour votre ciblage publicitaire. Vous pouvez ainsi toucher les personnes les plus susceptibles d’être intéressées par votre activité. Avec les publicités Facebook, vous pouvez utiliser des outils plus avancés pour créer des types d’audience qui se rejoignent, des audiences similaires et plus encore.

Différence entre les Publications Boostées et les Publicités Facebook

Publicités Facebook ou publications boostées : quand les utiliser ?

Pour réussir, une entreprise doit identifier exactement ses objectifs publicitaires. Par exemple, si vous souhaitez que l’audience interagisse avec votre Page ou si vous préférez développer la notoriété de votre marque, vous pouvez booster une publication pour optimiser votre visibilité et élargir votre audience. Utilisez le Gestionnaire de publicités pour créer des types de publicités et des campagnes plus avancés.

 

22Sep

Comment surmonter la « Crise du Contenu » ?

Comment surmonter la « crise du contenu » ?

Saturation des canaux digitaux, démultiplication des réseaux sociaux, croissance de la compétition… Le volume de contenus digitaux a explosé au cours des dernières années, engendrant une situation de  » crise  » pour les marques tentant de se différencier dans un contexte tendu. Comment peuvent-elles aider leurs équipes marketing et créatives à surmonter ces défis sur le long terme, et quel rôle l’intégration des nouvelles technologies peut-elle jouer ? Comment surmonter la « crise du contenu » ?

La démultiplication des canaux digitaux et la croissance exponentielle de l’usage des réseaux sociaux au cours des dernières années a fait exploser le volume de contenus circulant en ligne.  Face à cela, les marques ont redoublé d’efforts et créé davantage de contenu pour tenter de se différencier au sein d’un environnement déjà saturé, engendrant une véritable situation de « crise ». Une dynamique de création soutenue est essentielle à l’efficacité de toute stratégie marketing, mais produire et partager un contenu créatif et personnalisé au bon format et au bon moment sur de multiples canaux en constante évolution est devenu un véritable casse-tête.

Comment les équipes marketing et créatives peuvent-elles surmonter cette « crise du contenu » ? Les marques doivent impérativement prendre en compte les enjeux de cette dernière, et repenser leurs processus pour aider leurs équipes à gérer leur production de contenu et à renouer avec la créativité.

Les enjeux de la « crise du contenu »

Les responsables marketing font face à plusieurs défis. D’un côté, la concurrence en ligne s’est fortement développée, engendrant une masse croissante de contenu promotionnel. De l’autre, les équipes marketing et créatives doivent créer un contenu pertinent et percutant pour atteindre des consommateurs déjà sur-sollicités. En plus de cela, les marques constatent souvent une diminution de la performance de leur contenu en raison de son manque d’adéquation avec les spécificités techniques des différents canaux de communication digitale, notamment celles des réseaux sociaux. Suivre l’évolution de ces derniers, de leurs fonctionnalités et de leurs formats tout en gardant un œil sur l’apparition de nouvelles plateformes est un véritable défi. Chaque nouveau canal ou média dispose de contraintes de taille différentes, et le contenu doit en outre être localisé et adapté au public ciblé, nécessitant une approche sur-mesure particulièrement flexible.

Les équipes marketing et créatives passent donc énormément de temps à créer et gérer un contenu répondant aux besoins uniques de chaque plateforme et de chaque audience, tout en devant accroître leur production pour pallier la démultiplication de ces mêmes plateformes. Elles peinent de ce fait à trouver un équilibre entre quantité et qualité dans la création de ce contenu, le plus souvent au détriment de cette dernière. La créativité est altérée à la fois par l’accélération du rythme auquel ces contenus doivent être créés, et par les modifications qui doivent y être apportées avant chaque partage pour répondre aux exigences de chaque plateforme. Si elles peuvent s’avérer efficaces pour atteindre les clients potentiels, ces tâches répétitives d’adaptation et de « remarketing » du contenu sont en réalité hautement chronophages et contre-productives. Intégrer les nouvelles technologies aux processus de création est donc désormais une nécessité pour soulager la pression imposée aux équipes créatives et leur permettre de se recentrer sur le cœur de leur activité.

Intégrer la technologie pour renouer avec la créativité

Les innovations technologiques qui se développent dans le domaine du marketing et de la gestion de contenus numériques font partie des solutions à la « crise du contenu ». Une récente étude a en effet révélé une attirance croissante des responsables marketing et des équipes créatives pour l’intégration d’outils technologiques aux processus créatifs face à la hausse des besoins en contenus digitaux, le potentiel de l’intelligence artificielle et de l’automatisation étant particulièrement mis en avant. Ces dernières permettent de faciliter la coopération entre les équipes, de prendre en charge les tâches administratives et de créer un contenu conforme à la fois à l’image de la marque et aux exigences des canaux digitaux où il est partagé, donnant aux marketeurs et aux créatifs le temps nécessaire pour se concentrer sur leurs stratégies. De nombreux outils technologiques permettent également de réagencer la répartition des tâches et de réduire les charges de travail en automatisant les tâches techniques répétitives. Investir dans les technologies adéquates pour assister les équipes marketing et créatives est donc désormais un véritable gage d’efficacité.

L’évolution constante du marketing – et particulièrement du marketing digital – requiert une capacité d’adaptation éclair de la part des marques. Dans un environnement de plus en plus saturé et compétitif, les innovations technologiques sont plus que jamais nécessaires, et l’on peut envisager qu’elles deviendront partie prenante des stratégies marketing sur le long terme. L’adoption de nouveaux outils technologiques doit ainsi être vue par les équipes marketing et créatives comme un moyen de faire face aux défis actuels plutôt que comme une solution de remplacement, leur offrant plus de temps, plus de moyens et les aidant à replacer la créativité au centre de la création de contenu.

Il est peu probable que les défis liés à la « crise du contenu » disparaissent dans les mois, voire les années à venir. Les marques doivent donc prendre en compte la pression qu’elle engendre pour les équipes marketing et créatives et l’impact négatif qu’elle peut avoir sur la productivité, et intégrer des solutions pour assurer l’efficacité des campagnes tout en donnant la possibilité aux équipes de se concentrer sur leur cœur de métier. Surmonter cette crise n’est pas impossible, et le futur du marketing sera défini par l’adaptation des marques à ses enjeux.

Navigation des articles

Eurofive