15Oct

Loi de Finances 2022 : Les recommandations de la CGEM

Face aux défis liés à la relance économique après la crise sanitaire et aux ambitions d’un nouveau modèle de développement, la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) a annoncé ses recommandations pour le projet de loi de finances 2022.

Ainsi, pour la nouvelle loi, la CGEM a émis certaines recommandations et notamment :

  • Maintenir la compétitivité des entreprises affectées par la concurrence mondiale en réduisant les charges fiscales et en revoyant les révisions fiscales
  • Importer des intrants et mettre en place une fiscalité verte pour promouvoir une transformation écologique responsable et réduire les coûts sociaux.

En ce sens, plusieurs mesures spécifiques ont été proposées, notamment le début de l’abaissement du taux de l’impôt sur les sociétés pour atteindre un niveau internationalement reconnu, l’abaissement du paiement minimum en vue de l’abolir d’ici à 5 ans et la réforme de la fiscalité. Compte tenu des nombreuses taxes et redevances, de la taxe sur la valeur ajoutée de 10 % sur les équipements solaires et de la mise en place de crédits d’impôt R&D ciblés,

Il s’agit aussi de la garantie de l’équilibre dans les trésoreries des entreprises tout en maintenant leurs capacités de financement et ce, en accélérant la réforme de la TVA, qui représente l’épine dorsale de l’équilibre financier des entreprises, ainsi que le renforcement des mécanismes de confiance entre le contribuable et l’administration pour démocratiser la participation à l’impôt dans la transparence exigée des deux parties, en encadrant le contrôle et les sanctions.

Par ailleurs, la CGEM propose de continuer à soutenir l’investissements du tissu productif et de renforcer les marchés publics en maintenant le budget alloué, en encourageant les préférences de l’État et une part importante des petites et moyennes entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eurofive